Blog des simples observateurs de la vie politique malgache

Accueil » Uncategorized » Madagascar, Exécutif contre législatif : Et Un, et Deux, et Trois…zéro ?

Madagascar, Exécutif contre législatif : Et Un, et Deux, et Trois…zéro ?

11696336_10204789744764230_8584848511678561840_o

Winston Churchill l’a si bien résumé : « La démocratie est le pire des régimes – à l’exception de tous les autres déjà essayés dans le passé. ». Contrairement à ce que certains malgaches croient, Madagascar assimile bel et bien le jeu démocratique (malgré son imperfection), et ce qui prévaut actuellement dans le pays le prouve de manière évidente. En moins d’un mois, les membres de l’Assemblée Nationale viennent de nous démontrer, à leur insu, combien la vie démocratique est active dans le pays : Par deux fois, les députés frondeurs (ceux qui confondent les frontières du respect de la loi et de l’impunité criminelle, de ce qui relève du droit et de celui de la délinquance) qui se liguent contre le président de la République ont été confrontés à des échecs retentissants. La motion d’empêchement qu’ils ont engagée contre le président de la République a fait flop. La motion de censure qu’ils ont lancé pour déchoir le Premier ministre a crée un effet boomerang qui est entrain de les décapiter.

1er échec : La motion d’empêchement contre le président de la République a fait flop.

Un à zéro pour le Président de la République !

3D653A4C-F5B8-4E34-A14C-8C4A304B4BA8_mw1024_s_n

Malgré le jeu de mallettes qui a eu court au sein de l’Assemblée nationale en vue de corrompre la petite conscience restante des députés frondeurs (voire de toute obédience confondue, chacun s’y adonne pour satisfaire ses propres intérêts), la motion d’empêchement contre le président de la République a été déclarée par les juges constitutionnelles comme « non fondées » donc nulle et non avenues. Pourtant, ces députés pensaient qu’ils allaient devenir « calife à la place du calife » en éjectant, facilement, le président de la République de son poste, comme cela s’est passée en 1996 avec le président Zafy. Dans leur euphorie, ils ont oublié que l’époque a changé mais que surtout la Constitution n’était plus la même et donc les expédients juridiques relatifs à la destitution du président de la République ont été rendus, par l’actuelle Constitution, plus complexe qu’avant.

Malgré les préconisations légitimes de la Haute Cour Constitutionnelle, les souhaits logiques émises par la communauté internationale, l’engagement du président de la République à rétablir la stabilité politique dans le pays, et surtout l’appel à la paix sociale lancé par l’opinion publique, les députés corrompus ont fait la sourde oreille et n’ont écouté que leur propre ego et leur nombril en position avancée par leur embonpoint, fruit de la corruption qui les engraissent au sein de l’Assemblée nationale.

2ème échec : La motion de censure contre le Premier ministre est un échec retentissant

Deux à zéro pour le Président de la République !

11056596_10204789744964235_5670529238596107968_o

Par orgueil, par naïveté, par excès d’arrogance et par ignorance, les députés refoulés par la HCC, se sont lancés à entreprendre la déchéance du Premier ministre à travers une motion de censure qu’ils pensaient maîtriser de bout en bout (en oubliant que le camp d’en face s’est, également, apprêté à ne plus se laisser faire). Effectivement, 95 députés sur 112 valident la motion contre 17 qui la réfutent. Malheureusement pour eux, 95 voix sur 112 ne font pas les 2/3 des voix(soit 102 voix) nécessaires pour pouvoir acter la motion de censure. Dépités, les députés frondeurs n’arrivent plus à cacher leur désarroi voire à contenir leurs déceptions ô combien grandes car elles ont été à la hauteur de leur espoir fantasmé. Les députés frondeurs ont échoué par deux fois et risquent, prochainement, d’être déchus à leur tour.

Vers un 3ème échec fatal : La dissolution de l’Assemblée Nationale

Allons-nous vers un Trois à zéro pour le Président de la République ?

vital-jouravski-ukraine

Les députés frondeurs se trouvent actuellement dans une situation très inconfortable propre aux « arroseurs arrosés ». Depuis cette nuit, beaucoup ne dorment plus sereinement car la « bouffe » (entendre par là : le jeu des mallettes, fondé sur la corruption à ciel ouvert, qui les nourrit jusqu’alors) risque de se tarir du jour au lendemain.

Car, le président de la République n’a plus d’excuses – valables et acceptables – pour maintenir une Assemblée Nationale au sein de laquelle il ne possède que 10% de soutiens (ce qui rend donc la stabilité politique impossible puisque intenable dans le cas de figure actuel), au risque d’hypothéquer dangereusement le sort de la population et pire, son propre sort. Seule la dissolution de l’Assemblée Nationale dans le plus bref délai constitue l’unique solution viable (en plus du fait que c’est la seule logique qui vaille) pour le pays et pour son régime.

Jumeler les élections communales avec les législatives

electionballot

Effectivement, la dissolution de l’Assemblée nationale implique le recours à une nouvelle élection législative au plus tard dans les 60 jours suivant la date de dissolution. A coup sûr, et quel que soit le cas de figure, plus de la moitié des députés actuels ne seront plus élus car l’opinion publique en a plus que marre des attitudes irresponsables, égocentriques, voire criminelles qu’ils ont tenues jusqu’ici.

Mieux, aux yeux des bailleurs de fonds, la dissolution de cette Assemblée Nationale « inutile », « budgétivore » et « irresponsable » ne sera perçue que comme une opportunité à saisir coûte que coûte.

Le parti du régime HVM (dit-on affaibli) pourra-t-il engendrer une « majorité » à l’issue des élections législatives ?

886014_10204789739804106_6538287543630377843_o

Leurs adversaires en doutent. Car, pour ceux-ci, le discrédit et l’impopularité du parti au pouvoir HVM sont tels qu’il lui sera impossible de gagner les élections législatives et qu’au final, selon leurs dires, Madagascar finira par se retrouver dans la même figuration politique que maintenant (une Assemblée Nationale dominée par les opposants), et, pour éviter cela, il serait mieux pour le pays que le président de la République démissionne et que ce sera plutôt à une élection présidentielle anticipée que le pouvoir doit désormais s’atteler.

Sauf qu’une telle lecture politique est complètement erronée,cela pour plusieurs raisons : d’abord, si le parti HVM a, certes, un déficit de popularité, c’est tout autant le même cas, sinon pire, pour les députés actuels qui comptent – dans leur totalité –  « candidater » à une éventuelle élection législative prochaine. Donc en terme de discrédit, personne ne peut juger de manière sérieuse lequel du HVM et de ses adversaires députés sont les plus impopulaires ? On peut dire, sans risque de se tromper, que pour une question de « popularité », les deux forces antagoniques se valent.

Ensuite, bien que prétendument « impopulaire », le parti HVM a quelques avantages à comparer à ses adversaires : Il est le mieux placé pour les communales car la plupart de ses adversaires a, presque, boycotté cette élection locale. Or, s’il advient que le pouvoir « jumele » les communales avec une législative anticipée, ce sont ceux qui ont des candidats « Maires » le plus nombreux qui auront la plus de probabilité de faire élire un député dans une circonscription électorale donnée. Une élection n’est pas simplement une question d’argent ou de popularité, elle est aussi et surtout une question d »organisation et d’opportunité. Un nouveau candidat HVM pourrait être mieux vu par la population que les députés qu’elle avait élu l’année dernière et qui l’ont aussitôt trahi. Etant entendu qu’une élection communale et une élection législative sont des élections de proximité, au sens que ce sont les candidats locaux qui sont jugés et non le président de la République.

En outre, quoi qu’en dise, l’imperfection de la démocratie étant un fait, le parti au pouvoir est toujours perçu par l’opinion comme étant un parti qui dispose – à tort ou à raison – de l’effectivité de la puissance publique. Donc autant des moyens (peu visibles mais qui ont une capacité d’influence indiscutable) très efficaces pour accroître la chance de la victoire électorale.

Enfin, la désorganisation des adversaires (voire leur diversité, donc leur dispersion) du HVM pourrait les empêcher d’avoir les mêmes ambitions, les mêmes projets, les mêmes motivations, voire le même niveau en terme de financement de campagne, ce qui, en conséquence, pourrait créer une inégalité dans la conduite des campagnes électorales, et donc, réduire leur chance de gagner face au bloc HVM en face.

Toutes ces raisons peuvent très bien fausser la croyance presque naïve des adversaires du HVM à une défaite facile de celui-ci en cas d’élection législative anticipée. Sans oublier la vulnérabilité sinon la frivolité de la conscience électorale des citoyens une fois qu’ils feront face à des candidats issus du régime en place.

Bien sur, on peut toujours croire que le parti HVM est faible, tellement faible que seuls, paraît-il (souvent à tort) les opportunistes y adhèrent. Or, les événements récents peuvent contredire cette insinuation, car le fait d’arriver à déjouer, avec succès, deux tentatives de déchéances par une Assemblée Nationale complètement ivre de corruption et biberonnée avec de mallettes à billets de banques, s’annonce nettement comme un signe de « puissance » plutôt qu’un signe de « faiblesse ». Et cela, l’opinion publique en tiendra compte.

Ce sont, au contraire, les députés frondeurs qui auront du mal à se faire élire car ils peineront à convaincre, de nouveau, l’électorat qu’ils ont lâchement trahi il y a un an encore, et surtout, leur source de financements (faisant désormais l’objet d’une surveillance stricte) pourrait bien se tarir plutôt que prévu, ou tout au moins ne pas pouvoir s’exprimer aussi facilement que lors de la dernière campagne électorale de 2013.

Alors on dit quoi : Et Un, Et deux et Trois…zéro ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :